les liens avec les animaux et les plantes que les autres ne voient pas

entretien avec Katell, sorcière, podcasté sur France-Culture [ lien ]  documentaire de Céline du Chéné et Laurent Paulré

ce qu’évoque Katell dans cet extrait pourrait très bien correspondre à ce qu’Eduardo Viveiros de Castro dit à propos du chamanisme amérindien dans « Métaphysiques cannibales: Lignes d’anthropologie post-structurale » :

« Le chamanisme amérindien peut être défini comme l’habileté manifestée par certains individus à traverser les barrières corporelles entre les espèces et à adopter la perspective de subjectivités allo-spécifiques, de façon à administrer les relations entre celles-ci et les humains. En voyant les êtres non humains comme ils se voient eux-mêmes (comme humains), les chamanes sont capables d’assumer le rôle d’interlocuteurs actifs dans le dialogue transpécifique ; et surtout, ils sont capables de revenir pour raconter l’histoire, ce que les profanes peuvent difficilement faire. La rencontre ou l’échange de perspectives est un processus dangereux, et un art politique – une diplomatie. Si le relativisme occidental a le multiculturalisme comme politique publique, le perspectivisme chamanique amérindien a le multinaturalisme comme politique cosmique. »

échanges mycorhiziens

Marc-André Sélosse est botaniste et mycologue. Il travaille au Muséum national d’histoire naturelle, et sa recherche est orientée sur les échanges mycorhiziens qui se déroulent grâce à la relation symbiotique entre les plantes et les champignons du sol.

Nous l’avons rencontré dans les locaux de Centre permanent d’initiatives pour l’environnement de Belle-Ile-en-Mer en août 2017.

Nous lui avons demandé de nous parler des échanges entre plantes et champignons du sol. Il y évoque le travail d’une autre spécialiste de ce domaine, la canadienne Suzanne Simard.

Marc-André Sélosse vient de publier « Jamais Seul » qui reprend, dans le premier chapitre, le contenu échangé dans cette vidéo.

Sélosse M.-A., 2017. Jamais seul: Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations. Éditions Actes Sud. 368 p.