rendre compte de l’affect

01:03:30 [Question du public] : «Je voulais savoir quels sont les outils dont on dispose en anthropologie pour appréhender, restituer, rendre compte de l’affect, de ces éléments inconscients qui font partie des relations, […] on s’expose souvent à une critique de rentrer dans un psychologisme ou dans une réflexivité qui soit narcissique, […] on nous a dit de tout [quand on] fait de l’anthropologie ou de l’ethnographie réflexive, et du coup, comment répondre à ces critiques  ? et à travers quels outils vous travaillez ça, merci. »

Jeanne Favret-Saada : « Écoutez, moi quand j’étais sur le terrain en Mayenne j’étais pas du tout psychanaliste et je ne pensais même pas le devenir, et donc j’ai fait comme on fait quand on est anthropologue, c’est à dire j’ai tenu un journal de terrain extrêmement précis, duquel j’ai néanmoins exclu d’emblée parce que c’était un journal scientifique et pas mon journal de personne qui a par ailleurs un amant, un mari, un amant, des enfants, enfin la vie compliquée de tous les urbains modernes, de ça il n’était pas question même si l’amant en question intervenait dans mes rapports avec les gens du terrain, des choses comme ça, il n’était jamais question de lui.

C’est dans corps pour corps que vous trouverez la réponse, c’est à dire : j’ai tenu un journal de terrain extrêmement précis, quotidien, de tout ce qui se rapportait à cette chose là qu’est la sorcellerie. Il n’y a pas besoin de s’interroger sur ses états intérieurs ou sur les états intérieurs des gens. La sorcellerie c’est une situation, spécifique, avec un système de places. Le problème : pourquoi j’avais peur ? Je savais pas ce que c’était que la sorcellerie puisque la littérature là-dessus dans ma discipline était spécialement nulle. Donc j’ai très vite compris qu’il s’agissait d’un système de places que je ne connaissais pas et que je devais entrer dans une place que je ne connaissais pas, et y jouer néanmoins ma partition bien que je ne sache pas en quoi ça consistait. Et c’est cela que relate ce journal de terrain, à quelle place m’a mis tel ou tel. Je dis pas à quelle place il m’a mise, je note ce qui s’est passé, et 15 jours après ou un mois après [je relis les notes], et je dis « ah oui ! il a donc pensé que j’étais ça ! ». Ou des fois, 5 minutes avant que j’entre chez des gens, ça c’est produit avec des gens que j’appelle les Babin, je relis avant d’entrer les notes de notre entretien précédent, et vraiment une minute avant d’entrer je me dis « putain ils vont me demander de les désorceler ! ». Je suis pas plutôt entrée que c’est leur première phrase. Et bien quand j’ai écrit tout ça je n’ai pas pensé ni leur inconscient ni mon inconscient gngngn. Il s’agit ce qu’on étudie c’est pas des personnes avec leurs psychismes particuliers, et nous même avec notre psychisme tordu ordinaire, normalement cinglé. C’est des systèmes de places qu’on ne connait pas sinon ce serait pas la peine d’aller faire du terrain, et qu’il s’agit de découvrir. Voilà si vous lisez de près « Corps pour corps » vous saurez comment faire.»

extrait du séminaire “Parole, affect, émotion : Autour de Jeanne Favret-Saada et de François Roustang ” https://www.canal-u.tv/chaines/ehess/parole-affect-emotion-autour-de-jeanne-favret-saada-et-de-francois-roustang

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

milieu de matinée
fin de l’averse d’orage
le merle siffle son chant

j’ai écrit ce haiku tout de suite après avoir entendu ce merle un matin de juillet 2021, afin de conserver cette impression déjà vécue auparavant que les oiseaux ne chantent pas que pour signifier leur territoire à leurs congénères, comme dans le marais du Linot, mais qu’ils chantent aussi pour la pluie ; c’est notamment lors d’un orage sur les rives de l’Ellé où je m’étais abrité sous un arbre, que j’avais enregistré cette proximité entre l’orage et le chant d’un oiseau : on l’entend donner du volume, juste après le tonnerre, dans l’enregistrement ci-dessous

rives de l’Ellé à Locunolé (29) en mai 2011 © Éric Collias

C’est Jane Goodall qui en 1970 fut la première a décrire la danse de la pluie chez les chimpanzés, et Dominique Lestel (2003) s’appuie sur cette description, et d’autres, pour argumenter que le vivant est composé de réseaux basés sur le partage des affects, «une pratique qui engage l’animal dans la voie d’une rationalité expressive», qu’il nomme réseau esthétique, et que ce partage provient aussi de la nature symbiotique du vivant, qui fait que « chaque animal est donc d’emblée et intrinsèquement une colonie d’organismes – un réseau d’organismes différents » qui entre eux partagent aussi des affects. (Voir un complément à ce sujet à propos du devenir multicellulaire = animal, qui est né avec l’appel de certaines bactéries à être mangées).

De son côté, Vinciane Despret apporte un argument supplémentaire (France-Culture, 2021):

« Le chant d’un merle c’était pour moi une expérience relativement bouleversante dans la mesure où j’ai réalisé à quel point ce chant était compliqué, et en même temps, ça c’était d’un point de vue intellectuel, […], j’étais déjà cognitivement bouleversée, j’étais pleine d’admiration, et c’était beau, c’était magnifique, et puis il n’y avait pas que cela, il y avait le fait que j’étais émue parce que, en fait je me souviens quand j’ai entendu ce merle c’est un peu plus tard que l’enfance, quand j’ai entendu ce merle, j’ai pensé un truc un peu idiot, mais ça m’a traversé l’esprit, je me suis dit : Bon Dieu ! je crois que ce sont les merles qui ont inventés l’importance, tellement je sentais que quelque chose importait, et ça c’est vraiment intéressant parce que c’est Baptiste Morizot qui me l’a soufflé, ce qui m’est arrivé disait-il, affectivement, de sentir, d’être traversée, bouleversée, émue par le fait que quelque chose importe à un autre être, est peut-être le fait qu’il y a un fond ancestral commun entre les merles et nous, mais très très lointain, peut-être pas très large comme fond, mais suffisant pour que quand quelque chose importe à un être qui pourtant est très différent de moi, je puisse le ressentir aussi sans du tout avoir de quoi il s’agit, juste savoir : il y a quelque chose qui importe. »

Le chant de la pluie du merle signifie l’importance de la pluie pour l’oiseau et nourrit ce réseau esthétique. Il ajoute de l’épaisseur au moment de la fin de l’averse orageuse, au point de m’inspirer ce haiku.

France Culture, 2021. Vinciane Despret, une écologie de la cohabitation – Ép. 2/4 – Nous et les autres.
 

Goodall, J., 1970, In the Shadow of Man, London : Collins, St Jame’s Place.

Lestel, D., 2003. Eléments d’une esthétique en réseau: rationalité expressive et régression créatrice. Ligeia, (45-48), 146.

être affecté

Nous reprenons ici le titre d’un article de Jeanne Favret-Saada (1990) qui fut un temps marginalisée par le  monde académique pour avoir parlé ouvertement de la manière dont son terrain d’ethnographe du bocage mayennais l’avait affectée. Mathurin Carnet nous parle aussi de la manière dont il est affecté par certains des arthropodes qu’il étudie. Il est entomologiste, conservateur de la Réserve naturelle régionale des landes et marais de Glomel (22), et nous l’avons rencontré lors du BioBlitz à la station biologique de Paimpont en juillet 2017.

Favret-Saada, J., 1990. Être affecté. Gradhiva, (8), 3-9.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search