chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

milieu de matinée
fin de l’averse d’orage
le merle siffle son chant

j’ai écrit ce haiku tout de suite après avoir entendu ce merle un matin de juillet 2021, afin de conserver cette impression déjà vécue auparavant que les oiseaux ne chantent pas que pour signifier leur territoire à leurs congénères, comme dans le marais du Linot, mais qu’ils chantent aussi pour la pluie ; c’est notamment lors d’un orage sur les rives de l’Ellé où je m’étais abrité sous un arbre, que j’avais enregistré cette proximité entre l’orage et le chant d’un oiseau : on l’entend donner du volume, juste après le tonnerre, dans l’enregistrement ci-dessous

rives de l’Ellé à Locunolé (29) en mai 2011 © Éric Collias

C’est Jane Goodall qui en 1970 fut la première a décrire la danse de la pluie chez les chimpanzés, et Dominique Lestel (2003) s’appuie sur cette description, et d’autres, pour argumenter que le vivant est composé de réseaux basés sur le partage des affects, «une pratique qui engage l’animal dans la voie d’une rationalité expressive», qu’il nomme réseau esthétique, et que ce partage provient aussi de la nature symbiotique du vivant, qui fait que « chaque animal est donc d’emblée et intrinsèquement une colonie d’organismes – un réseau d’organismes différents » qui entre eux partagent aussi des affects. (Voir un complément à ce sujet à propos du devenir multicellulaire = animal, qui est né avec l’appel de certaines bactéries à être mangées).

De son côté, Vinciane Despret apporte un argument supplémentaire : « Le chant d’un merle c’était pour moi une expérience relativement bouleversante dans la mesure où j’ai réalisé à quel point ce chant était compliqué, et en même temps, ça c’était d’un point de vue intellectuel, […], j’étais déjà cognitivement bouleversée, j’étais pleine d’admiration, et c’était beau, c’était magnifique, et pis y’avait pas que ça, y’avait le fait que j’étais émue parce que, en fait je me souviens quand j’ai entendu ce merle c’est un peu plus tard que l’enfance, quand j’ai entendu ce merle, j’ai pensé un truc un peu idiot, mais ça m’a traversé l’esprit, je me suis dit : Bon Dieu ! je crois que ce sont les merles qui ont inventés l’importance, tellement je sentais que quelque chose importait, et ça c’est vraiment intéressant parce que c’est Baptiste Morizot qui me l’a soufflé, ce qui m’est arrivé disait-il, affectivement, de sentir, d’être traversée, bouleversée, émue par le fait que quelque chose importe à un autre être, est peut-être le fait qu’il y a un fond ancestral commun entre les merles et nous, mais très très lointain, peut-être pas très large comme fond, mais suffisant pour que quand quelque chose importe à un être qui pourtant est très différent de moi, je puisse le ressentir aussi sans du tout avoir de quoi il s’agit, juste savoir : il y a quelque chose qui importe. »

Le chant de la pluie du merle signifie l’importance de la pluie pour l’oiseau et nourrit ce réseau esthétique. Il ajoute de l’épaisseur au moment de la fin de l’averse orageuse, au point de m’inspirer ce haiku.

France Culture, 2021. Vinciane Despret, une écologie de la cohabitation – Ép. 2/4 – Nous et les autres.
 

Goodall, J., 1970, In the Shadow of Man, London : Collins, St Jame’s Place.

Lestel, D., 2003. Eléments d’une esthétique en réseau: rationalité expressive et régression créatrice. Ligeia, (45-48), 146.

l’indice de l’agent papillon

Dans son cours au collège de France du 4 mars 2009, Philippe Descola définit ainsi la figuration : « activité universelle et proprement humaine, de production, de façonnage, d’aménagement, d’ornementation, ou de mise en situation d’un objet ou d’un ensemble d’objets matériels, organiques ou inorganiques, en vue d’en faire une image fonctionnant comme un signe à la fois iconique et indiciel, je reprend ici évidemment une distinction qui est propre à la sémiologie de Pierce .» Puis il ajoute « si un signe figure un objet, c’est que l’interprétant est capable de repérer dans le signe les qualités qu’il reconnait aussi à et dans l’objet, qualités qui lui permettent d’inférer que ce signe est bien l’image de l’objet qu’il représente. »

Le Paon-du-jour Muséum de Toulouse Creative Commons Attribution-Share Alike

Dans une expérience contrôlée en laboratoire, Adrian Vallin et ses collègues (2005) montrent que le Paon du jour, en plus de sa capacité à mimer une feuille quand il est au repos, est capable d’opérer une défense active en déployant ses ailes et en exposant ses ocelles et en émettant des sifflements. L’effet sur les mésanges bleues produit une défense effective en empêchant la prédation du papillon. Ce bluff permet la survie hivernale du papillon à l’état adulte.

Chouette pygmée (Glaucidium passerinum) et papillon Caligo martia (Debona & al., 2015)

De leur côté, De Bona et ses collègues (2015), ont démontré que c’est l’imitation du regard d’une Chouette pygmée à travers des images soumises à des Mésanges charbonnières, que celles-ci miment les yeux de la chouette ou en soient la reproduction exacte, qui explique l’évolution des ocelles des papillons.

En sélectionnant ces qualités, le processus d’évolution répond à la définition que fait Descola de la figuration, à savoir la « production […] [d’]une « image fonctionnant comme un signe ». Cette figuration, permet, selon les termes de Gell (2009), d’exercer une agence déléguée entre le papillon et son prédateur, et semble nous permettre de concevoir cette image comme « agent intentionnel » de l’évolution du vivant, et de consentir au papillon, par son emploi quand il écarte ses ailes, la qualité d' »agent intentionnel » de sa propre survie face à son prédateur, la mésange, en mimant le regard du prédateur de son prédateur, la chouette. Cette capacité à faire fuir son prédateur, qui établit un rapport de forces, Vinciane Despret de son côté préfère la qualifier d' »agencement », afin de souligner le caractère relationnel de cette capacité figurative. Peu à peu, la trame des relations du vivant s’épaissit avec la compréhension de ces échanges de signes indiciels, et prend l’allure d’une une sorte de feutrage.

De Bona, S., Valkonen, J.K., López-Sepulcre, A., Mappes, J., 2015. Predator mimicry, not conspicuousness, explains the efficacy of butterfly eyespots. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 282, 20150202.

Despret, V., 2013. From secret agents to interagency. History and Theory 52, 29–44.

Gell, A., 2009. L’art et ses agents: une théorie anthropologique. Les presses du réel.

Vallin, A., Jakobsson, S., Lind, J., Wiklund, C., 2005. Prey survival by predator intimidation: an experimental study of peacock butterfly defence against blue tits. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 272, 1203–1207.