un philomèle en sommeil dans une archive

Chant d’oiseau sorti des archives  : il date du 25 mai 2011, et d’après les minutes de l’inventaire des zones humides que j’effectuai alors sur la commune de Saint-Thurien (29), l’enregistrement a été réalisé entre la rive gauche de l’Isole du côté de Stang Lojou et le moulin de Saint-Éloi, sur la rive gauche du ruisseau éponyme.

Même si ce chant se suffit à lui même, je vais contacter mon professeur de chants d’oiseaux afin de nommer l’animal, et aussi certains autres en arrière-plan, dont le Rouge-gorge et la Tourterelle des bois ? C’est tellement baroque que ça pourrait bien être un Rossignol philomèle, mais je n’en ai jamais entendu, en tout cas ça me semble trop baroque pour être une Grive musicienne.

Réponse de mon professeur, Hugo Touzé :

“Il s’agit d’un mâle de Grive musicienne (Turdus philomelos / Song Thrush) qui produit son chant composé de notes flutées et sifflées répétées de 2 à 6 fois.
Cet individu incorpore également quelques imitations (Merle noir, Sittelle torchepot ou encore jeune rapace type Buse variable encore au nid). Cette grive émet ce chant en général depuis un perchoir haut le matin et le soir.

Les autres espèces que l’on entend en arrière plan sont Rouge-gorge familier (sans doute 2 mâles chanteurs), Troglodyte mignon (cris et mâle chanteur)  Fauvette à tête noire (1 mâle chanteur) et Pigeon ramier (1 mâle chanteur).”

Comme quoi, ça leur donne tout de suite de la présence et de l’épaisseur que de mettre des noms sur les chants de ces oiseaux  !

Et l’imitation des autres oiseaux : n’est-ce pas aussi une manière d’épaissir le présent à laquelle se livre cette grive, en rechantant ceux qu’elle a entendu chanter ?

Le point commun de cet oiseau avec le rossignol que j’avais imaginé entendre est ce suffixe philomèle qu’ils portent tout deux, la grive dans son nome latin, Turdus philomelos, et le rossignol dans son nom scientifique en français, Rossignol philomèle, qui signifie “aimer chanter”.

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

milieu de matinée
fin de l’averse d’orage
le merle siffle son chant

j’ai écrit ce haiku tout de suite après avoir entendu ce merle un matin de juillet 2021, afin de conserver cette impression déjà vécue auparavant que les oiseaux ne chantent pas que pour signifier leur territoire à leurs congénères, comme dans le marais du Linot, mais qu’ils chantent aussi pour la pluie ; c’est notamment lors d’un orage sur les rives de l’Ellé où je m’étais abrité sous un arbre, que j’avais enregistré cette proximité entre l’orage et le chant d’un oiseau : on l’entend donner du volume, juste après le tonnerre, dans l’enregistrement ci-dessous

rives de l’Ellé à Locunolé (29) en mai 2011 © Éric Collias

C’est Jane Goodall qui en 1970 fut la première a décrire la danse de la pluie chez les chimpanzés, et Dominique Lestel (2003) s’appuie sur cette description, et d’autres, pour argumenter que le vivant est composé de réseaux basés sur le partage des affects, «une pratique qui engage l’animal dans la voie d’une rationalité expressive», qu’il nomme réseau esthétique, et que ce partage provient aussi de la nature symbiotique du vivant, qui fait que « chaque animal est donc d’emblée et intrinsèquement une colonie d’organismes – un réseau d’organismes différents » qui entre eux partagent aussi des affects. (Voir un complément à ce sujet à propos du devenir multicellulaire = animal, qui est né avec l’appel de certaines bactéries à être mangées).

De son côté, Vinciane Despret apporte un argument supplémentaire (France-Culture, 2021):

« Le chant d’un merle c’était pour moi une expérience relativement bouleversante dans la mesure où j’ai réalisé à quel point ce chant était compliqué, et en même temps, ça c’était d’un point de vue intellectuel, […], j’étais déjà cognitivement bouleversée, j’étais pleine d’admiration, et c’était beau, c’était magnifique, et puis il n’y avait pas que cela, il y avait le fait que j’étais émue parce que, en fait je me souviens quand j’ai entendu ce merle c’est un peu plus tard que l’enfance, quand j’ai entendu ce merle, j’ai pensé un truc un peu idiot, mais ça m’a traversé l’esprit, je me suis dit : Bon Dieu ! je crois que ce sont les merles qui ont inventés l’importance, tellement je sentais que quelque chose importait, et ça c’est vraiment intéressant parce que c’est Baptiste Morizot qui me l’a soufflé, ce qui m’est arrivé disait-il, affectivement, de sentir, d’être traversée, bouleversée, émue par le fait que quelque chose importe à un autre être, est peut-être le fait qu’il y a un fond ancestral commun entre les merles et nous, mais très très lointain, peut-être pas très large comme fond, mais suffisant pour que quand quelque chose importe à un être qui pourtant est très différent de moi, je puisse le ressentir aussi sans du tout avoir de quoi il s’agit, juste savoir : il y a quelque chose qui importe. »

Le chant de la pluie du merle signifie l’importance de la pluie pour l’oiseau et nourrit ce réseau esthétique. Il ajoute de l’épaisseur au moment de la fin de l’averse orageuse, au point de m’inspirer ce haiku.

France Culture, 2021. Vinciane Despret, une écologie de la cohabitation – Ép. 2/4 – Nous et les autres.
 

Goodall, J., 1970, In the Shadow of Man, London : Collins, St Jame’s Place.

Lestel, D., 2003. Eléments d’une esthétique en réseau: rationalité expressive et régression créatrice. Ligeia, (45-48), 146.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search