l’enquêteur, son terrain et ses outils

équipement
pris dans le cours de l’enquête par une caméra collée sur un arbre par un naturaliste

C’est en 1993 que j’ai mené un premier reportage à la station biologique de Paimpont, à l’occasion d’une vidéo sur le travail de Bertrand Deputte et ses étudiants  avec les singes Capucins. Un des thèmes explorés concernait la possibilité d’employer le Capucin comme aide aux personnes handicapées, en collaboration avec le centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape (56). Aujourd’hui, à la station, coexistent divers mondes sociaux : les éthologues et les écologues ne partagent bizarrement pas le restaurant de la station et semblent (de mon point de vue de visiteur irrégulier) limités dans leurs échanges. Vivent et travaillent aussi à la station, au secrétariat, à l’entretien, à l’animalerie, aux cuisines, à l’animation scientifique, à la maintenance informatique, des personnes qui entretiennent des relations avec les êtres non-humains, animaux ou plantes.

À l’occasion du BioBlitz (inventaire éclair de la biodiversité) autour de la station biologique de Paimpont les 18-19-20 juillet 2017, un nombre important de naturalistes sont présents sur le site. Ce sont donc un moment et un lieu privilégiés pour y démarrer cette enquête.

photo de fin de l’inventaire terrain lors du Bioblitz en juillet 2017 à la station biologique de Paimpont

Je mène cette enquête avec différents équipements empruntés au Centre de Ressources Audiovisuelles de l’Université de Rennes 2 ou en ma possession :

    • pour l’image et le son en extérieur :  une caméra JVC HM170 posée sur un pied vintage très léger,  un micro hyper-cardioïde fixé au bout d’une perche sous sa peau de chat écrasé qui atténue le bruit du vent, un casque de contrôle son
    • pour le son seul j’emploie un Zoom H4N1
    • en intérieur je place la perche et le micro sur un pied Manphoto avec une poignée bricolée avec un collier de fixation et de l’adhésif toilé  (il me faudrait un vrai pied micro car pour l’instant c’est pas très stable)
    • la manipulation (rognage, montage) des fichiers vidéo .MOV est réalisée sous iMovie09, qui bizarrement offre une gamme de formats à d’exportation plus étendue que iMovie HD
    • l’exportation pour Vimeo est faite au format .m4v en Grande définition
  • la manipulation des fichiers sons .mp3 est réalisée sous Audacity

Le garage contenant les outils conceptuels qui soutiennent cette démarche se trouve sur la page écosémiotique. Pour aller sur le terrain, j’ai une petite grille d’entretien avec laquelle je tente de conduire les conversations, mais c’est pas toujours évident :

*Quand vous collectez ces animaux ou ces plantes pensez-vous avoir affaire à des sujets sensibles ?
*Avez-vous une relation particulière avec une espèces animale ou végétale ? Pouvez-vous nous en parler ?
*Êtes-vous particulièrement attentifs au chant d’un oiseau, à l’odeur d’une plante, à une ambiance végétale particulière ?
*Rêvez-vous à vos animaux ou végétaux familiers ? Pensez-vous qu’il rêvent de vous ?
*Avez-vous besoin de distinguer entre-elles les différentes espèces animales ou végétales ? Pour quelle raison ?
*Votre animal domestique a-t-il établi une relation particulière avec d’autres animaux ?
*Aimez-vous ceux que vous avez collectés ? Pourriez-vous nous dire pourquoi ?
*Que savez-vous des échanges de certaines espèces entre elles à propos d’autres espèces de leur environnement ?
*Pensez-vous que certaines espèces seraient capable d’émettre des signaux dans le but d’en tromper d’autres ?
*Pensez-vous que certaines espèces communiquent avec d’autres ?
*Pensez-vous que nous puissions traiter les non-humains, animaux et végétaux, comme des objets ? Ou seulement certains d’entre eux ?
*Certains signaux non-humains peuvent-ils nous avertir d’un danger ?
*Pensez-vous qu’au sein d’une même espèce, il y a des individus qui se distinguent ?
*Pensez-vous que certains humains comprennent mieux les non-humains que d’autres ?

La collecte est mise en forme dans ce carnet de recherche afin de rendre compte aux interviewés de la manière dont se déploie la suite des conversations et l’approfondissement des questions et des hypothèses de départ, et de tester les séquences choisies en vue de la composition du document final.

Bruno Latour dit, au sujet de l’élaboration de compte rendus en sciences sociales qui emploient les images de la bande dessinée, ou de la photographie, ou des schémas de dispositifs techniques : « De même que dans un laboratoire vous avez des instruments de toutes sortes, y compris les plus archaïques et les plus contemporains, parce que c’est ce qui est nécessaire dans la production, moi j’ai beaucoup appris des « vrais » scientifiques, des scientifiques durs, c’est-à-dire l’indifférence totale aux questions de méthode bizarrement, ou de ton. Donc les mêmes, même s’ils sont obligés d’écrire leurs articles d’une facon commune lorsqu’ils publient, mais dans leur pratique, il y a une espèce de grande indépendance, qu’il s’agisse des physiciens, des biologistes ou des éthologues que j’ai étudiés, il y a en réalité une grande indifférence aux restrictions de sérieux. »
Bruno Latour poursuit en argumentant de la nécessité de l’« ajustement des formes d’écriture […] à l’objet » qui à pour finalité d’ « obtenir les mêmes effets que dans les sciences exactes : l’ajustement du dispositif à l’objet », avec l’incitation à ne pas imiter les sciences exactes dans l’ennui mais davantage à « imiter les scientifiques dans l’absence de sérieux. »

références

Godmer, L., Smadja, D., & Latour, B., 2012. L’œuvre de Bruno Latour: une pensée politique exégétique. Raisons politiques, (47), 115-146.

Éric Collias / 06 83 48 98 88