devenir avec les bactéries, des animaux


arbre phylogénétique du monde vivant (redessiné de King, 2014 & Dayel & King, 2014)

Dans l’arbre évolutif du vivant qui va des êtres unicellulaires aux êtres pluricellulaires, les choanoflagellés apparaissent comme le groupe le plus proche des premiers animaux (métazoaires), et nous permettent de comprendre la biologie de nos communs ancêtres. Leur type cellulaire est le même que l’endoderme des Spongiaires qui préfigure notre épithélium intestinal (Nielsen, 2008).

Ces microbes vivent dans l’eau où ils attrapent les bactéries qu’ils adorent manger, grâce à l’ondulation d’un flagelle (f) qui crée un courant d’eau et capture la bactérie (b) avec sa collerette en forme d’entonnoir (c) (Dayel & King, 2014).

Les cellules en forme de loges forment une jupe membraneuse à la base de la collerette dédiée à la capture de nourriture. L’image montre une bactérie logée entre le collerette et la jupe évasée qui entoure la base de la collerette. Légende: f  =  flagelle, c  =  collerette, t  =  thèque ou loge spérique, b  =  bactérie, s  =  jupe évasée. (Dayel & King, 2014)

Parmi les bactéries que consomme le choanoflagellé Salpingoeca rosetta, figure Algoriphagus machipongonensis, qui fait partie d’un groupe de bactéries que l’on retrouve de manière abondante dans les océans, dans nos intestins et dans les sols.

En présence de cette bactérie, S. rosetta a tendance à former des colonies multicellulaires ou “rosettes”. S. rosetta est donc un modèle intéressant de l’organisation primitive des métazoaires. Un groupe de sulphonolipides présent sur la membrane de la bactérie Algoriphagus a été identifié comme signal déclencheur de la formation de cette colonie multicellulaire à partir d’une cellule fondatrice.

(redessiné de King, n.d.)

Ce modèle de communication primitif nous permet de comprendre comment “manger” fut à l’origine d’une colle sociale induite par nos compagnes bactéries, avec lesquelles nous sommes devenus ainsi des animaux (Haraway, 2020:127). Elles sont restées symbiotiques au point de composer encore aujourd’hui notre microbiote intestinal.

Dayel, M.J., King, N., 2014. Prey Capture and Phagocytosis in the Choanoflagellate Salpingoeca rosetta.
Haraway, D.J., 2020. Vivre avec le trouble. Les éditions des mondes à faire.
King, N., n.d. King Lab – UC Berkeley. URL https://kinglab.berkeley.edu/ (accessed 3.15.21).
King, N., 2014. Choanoflagellates and the Origin of Animal Multicellularity • iBiology [WWW Document]. iBiology. URL https://www.ibiology.org/ecology/choanoflagellates/ (accessed 3.15.21).
Nielsen, C., 2008. Six major steps in animal evolution: are we derived sponge larvae? Evolution & Development 10, 241–257.

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

milieu de matinée
fin de l’averse d’orage
le merle siffle son chant

j’ai écrit ce haiku tout de suite après avoir entendu ce merle un matin de juillet 2021, afin de conserver cette impression déjà vécue auparavant que les oiseaux ne chantent pas que pour signifier leur territoire à leurs congénères, comme dans le marais du Linot, mais qu’ils chantent aussi pour la pluie ; c’est notamment lors d’un orage sur les rives de l’Ellé où je m’étais abrité sous un arbre, que j’avais enregistré cette proximité entre l’orage et le chant d’un oiseau : on l’entend donner du volume, juste après le tonnerre, dans l’enregistrement ci-dessous

rives de l’Ellé à Locunolé (29) en mai 2011 © Éric Collias

C’est Jane Goodall qui en 1970 fut la première a décrire la danse de la pluie chez les chimpanzés, et Dominique Lestel (2003) s’appuie sur cette description, et d’autres, pour argumenter que le vivant est composé de réseaux basés sur le partage des affects, «une pratique qui engage l’animal dans la voie d’une rationalité expressive», qu’il nomme réseau esthétique, et que ce partage provient aussi de la nature symbiotique du vivant, qui fait que « chaque animal est donc d’emblée et intrinsèquement une colonie d’organismes – un réseau d’organismes différents » qui entre eux partagent aussi des affects. (Voir un complément à ce sujet à propos du devenir multicellulaire = animal, qui est né avec l’appel de certaines bactéries à être mangées).

De son côté, Vinciane Despret apporte un argument supplémentaire : « Le chant d’un merle c’était pour moi une expérience relativement bouleversante dans la mesure où j’ai réalisé à quel point ce chant était compliqué, et en même temps, ça c’était d’un point de vue intellectuel, […], j’étais déjà cognitivement bouleversée, j’étais pleine d’admiration, et c’était beau, c’était magnifique, et pis y’avait pas que ça, y’avait le fait que j’étais émue parce que, en fait je me souviens quand j’ai entendu ce merle c’est un peu plus tard que l’enfance, quand j’ai entendu ce merle, j’ai pensé un truc un peu idiot, mais ça m’a traversé l’esprit, je me suis dit : Bon Dieu ! je crois que ce sont les merles qui ont inventés l’importance, tellement je sentais que quelque chose importait, et ça c’est vraiment intéressant parce que c’est Baptiste Morizot qui me l’a soufflé, ce qui m’est arrivé disait-il, affectivement, de sentir, d’être traversée, bouleversée, émue par le fait que quelque chose importe à un autre être, est peut-être le fait qu’il y a un fond ancestral commun entre les merles et nous, mais très très lointain, peut-être pas très large comme fond, mais suffisant pour que quand quelque chose importe à un être qui pourtant est très différent de moi, je puisse le ressentir aussi sans du tout avoir de quoi il s’agit, juste savoir : il y a quelque chose qui importe. »

Le chant de la pluie du merle signifie l’importance de la pluie pour l’oiseau et nourrit ce réseau esthétique. Il ajoute de l’épaisseur au moment de la fin de l’averse orageuse, au point de m’inspirer ce haiku.

France Culture, 2021. Vinciane Despret, une écologie de la cohabitation – Ép. 2/4 – Nous et les autres.
 

Goodall, J., 1970, In the Shadow of Man, London : Collins, St Jame’s Place.

Lestel, D., 2003. Eléments d’une esthétique en réseau: rationalité expressive et régression créatrice. Ligeia, (45-48), 146.