l’indistinction des plus démunis repose sur le poids des morts qui les précèdent

poussin de Petit Gravelot immobile, les yeux plissés, certain de sa capacité à se rendre indistinct du sol où il s’est plaqué © Éric Collias

Selon Kohn (2017:84), « la sémiose ne commence pas avec l’identification d’une similarité ou d’une différence intrinsèque, elle commence par le fait de ne pas reconnaître de différence. Elle commence par l’indistinction. Pour cette raison, l’iconicité occupe une place très marginale dans la sémiose (car il n’y a rien de sémiotique dans le fait de ne jamais rien remarquer). » Le plumage particulier des ancêtres de cet oiseau leur ont permis de survivre et de se reproduire. « Ainsi une certaine forme […] a fini par se propager vers le futur » (Kohn, 2017:234). « Tous les signes impliquent une relation avec quelque chose qui n’est pas présent. […] La vie, en tant qu’elle est intrinsèquement sémiotique, a partie liée avec l’absence. Cet oiseau  « est intimement lié aux nombreux lignages absents qui n’ont pas survécus et dont l’exclusion de la sélection a révélé les formes adaptées au monde qui les entoure. Les vivants en un sens […] sont ceux qui ne se sont pas fait remarquer » (Kohn, 2017:276-277).  Cette indistinction repose sur le poids des morts. « Toute vie, ainsi, comporte en vertu de ces absences constitutives les traces de ce qui est venu avant elle – les traces de qu’elle n’est pas » (Kohn, 2017:277).

faon mimétique
la robe du faon tachée de la lumière filtrée par les pieds de maïs est déjà maculée de taches claires héritée de ses ancêtres que cette robe camoufla, ce qui leur permit d’engendrer une descendance  © Éric Collias

Dans le cas du poussin, comme dans le cas du faon, deux robes animales immatures dont les taches dessinées au fil du temps les protègent des prédateurs contre lesquels ils sont démunis de quelque autre moyen de défense. Les taches de lumière mimées sur ces robes caractérisent un mode de défense où la fuite, la lutte ou la ruse pratiquées par leurs parents ne sont pas des options.

Kohn, E., 2017. Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l’humain. Zones sensibles.