être affecté

Nous reprenons ici le titre d’un article de Jeanne Favret-Saada (1990) qui fut un temps marginalisée par le  monde académique pour avoir parlé ouvertement de la manière dont son terrain d’ethnographe du bocage mayennais l’avait affectée. Mathurin Carnet nous parle aussi de la manière dont il est affecté par certains des arthropodes qu’il étudie. Il est entomologiste, conservateur de la Réserve naturelle régionale des landes et marais de Glomel (22), et nous l’avons rencontré lors du BioBlitz à la station biologique de Paimpont en juillet 2017.

Favret-Saada, J., 1990. Être affecté. Gradhiva, (8), 3-9.

collecter les bestioles


Voici les naturalistes à la collecte des petites bêtes : araignées, fourmis, sauterelles. En fouillant sous les herbes, les écorces, dans les tunnels construits par ces bestioles, puis en les capturant à la main, à l’aide d’une pince souple, ou avec un aspirateur à bouche. Une fois saisis, les collectés sont mis dans un pilulier sur lequel il y aura une étiquette avec la date, le code du lieu de la collecte et son opérateur.

aspirateur
aspirateur à bouche d’après fao.org
piluliers&clés
piluliers avec les bêtes récoltées et clé de détermination sur la paillasse de l’entomologiste

composés organiques volatiles

Lors de l’inventaire éclair de la biodiversité réalisé à la station biologique de Paimpont en juillet 2017, j’ai été invité par Jean-Pierre Caudal,  ingénieur en écologie expérimentale à Rennes 1 , à découvrir le dispositif technique mis en place pour la recherche effectuée par Cécile Monard, écologue spécialisée dans les bactéries du sol à Rennes 1. Ce dispositif permet de capturer et de qualifier les composés organiques volatiles émis par les bactéries du sol.

C’est au cours des échanges avec Jean-Pierre qui s’en sont suivis que j’ai découvert qu’en plus des échanges de composés organiques volatiles qu’émettent aussi les végétaux, il existe des échanges souterrains entre les plantes réalisés par la médiation des mycorhizes.

échanges mycorhiziens

Marc-André Sélosse est botaniste et mycologue. Il travaille au Muséum national d’histoire naturelle, et sa recherche est orientée sur les échanges mycorhiziens qui se déroulent grâce à la relation symbiotique entre les plantes et les champignons du sol.

Nous l’avons rencontré dans les locaux de Centre permanent d’initiatives pour l’environnement de Belle-Ile-en-Mer en août 2017.

Nous lui avons demandé de nous parler des échanges entre plantes et champignons du sol. Il y évoque le travail d’une autre spécialiste de ce domaine, la canadienne Suzanne Simard.

Marc-André Sélosse vient de publier « Jamais Seul » qui reprend, dans le premier chapitre, le contenu échangé dans cette vidéo.

Sélosse M.-A., 2017. Jamais seul: Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations. Éditions Actes Sud. 368 p.