rendre compte de l’affect

01:03:30 [Question du public] : «Je voulais savoir quels sont les outils dont on dispose en anthropologie pour appréhender, restituer, rendre compte de l’affect, de ces éléments inconscients qui font partie des relations, […] on s’expose souvent à une critique de rentrer dans un psychologisme ou dans une réflexivité qui soit narcissique, […] on nous a dit de tout [quand on] fait de l’anthropologie ou de l’ethnographie réflexive, et du coup, comment répondre à ces critiques  ? et à travers quels outils vous travaillez ça, merci. »

Jeanne Favret-Saada : « Écoutez, moi quand j’étais sur le terrain en Mayenne j’étais pas du tout psychanaliste et je ne pensais même pas le devenir, et donc j’ai fait comme on fait quand on est anthropologue, c’est à dire j’ai tenu un journal de terrain extrêmement précis, duquel j’ai néanmoins exclu d’emblée parce que c’était un journal scientifique et pas mon journal de personne qui a par ailleurs un amant, un mari, un amant, des enfants, enfin la vie compliquée de tous les urbains modernes, de ça il n’était pas question même si l’amant en question intervenait dans mes rapports avec les gens du terrain, des choses comme ça, il n’était jamais question de lui.

C’est dans corps pour corps que vous trouverez la réponse, c’est à dire : j’ai tenu un journal de terrain extrêmement précis, quotidien, de tout ce qui se rapportait à cette chose là qu’est la sorcellerie. Il n’y a pas besoin de s’interroger sur ses états intérieurs ou sur les états intérieurs des gens. La sorcellerie c’est une situation, spécifique, avec un système de places. Le problème : pourquoi j’avais peur ? Je savais pas ce que c’était que la sorcellerie puisque la littérature là-dessus dans ma discipline était spécialement nulle. Donc j’ai très vite compris qu’il s’agissait d’un système de places que je ne connaissais pas et que je devais entrer dans une place que je ne connaissais pas, et y jouer néanmoins ma partition bien que je ne sache pas en quoi ça consistait. Et c’est cela que relate ce journal de terrain, à quelle place m’a mis tel ou tel. Je dis pas à quelle place il m’a mise, je note ce qui s’est passé, et 15 jours après ou un mois après [je relis les notes], et je dis « ah oui ! il a donc pensé que j’étais ça ! ». Ou des fois, 5 minutes avant que j’entre chez des gens, ça c’est produit avec des gens que j’appelle les Babin, je relis avant d’entrer les notes de notre entretien précédent, et vraiment une minute avant d’entrer je me dis « putain ils vont me demander de les désorceler ! ». Je suis pas plutôt entrée que c’est leur première phrase. Et bien quand j’ai écrit tout ça je n’ai pas pensé ni leur inconscient ni mon inconscient gngngn. Il s’agit ce qu’on étudie c’est pas des personnes avec leurs psychismes particuliers, et nous même avec notre psychisme tordu ordinaire, normalement cinglé. C’est des systèmes de places qu’on ne connait pas sinon ce serait pas la peine d’aller faire du terrain, et qu’il s’agit de découvrir. Voilà si vous lisez de près « Corps pour corps » vous saurez comment faire.»

extrait du séminaire “Parole, affect, émotion : Autour de Jeanne Favret-Saada et de François Roustang ” https://www.canal-u.tv/chaines/ehess/parole-affect-emotion-autour-de-jeanne-favret-saada-et-de-francois-roustang

collecter les bestioles


Voici les naturalistes à la collecte des petites bêtes : araignées, fourmis, sauterelles. En fouillant sous les herbes, les écorces, dans les tunnels construits par ces bestioles, puis en les capturant à la main, à l’aide d’une pince souple, ou avec un aspirateur à bouche. Une fois saisis, les collectés sont mis dans un pilulier sur lequel il y aura une étiquette avec la date, le code du lieu de la collecte et son opérateur.

aspirateur
aspirateur à bouche d’après fao.org
piluliers&clés
piluliers avec les bêtes récoltées et clé de détermination sur la paillasse de l’entomologiste

composés organiques volatiles

Lors de l’inventaire éclair de la biodiversité réalisé à la station biologique de Paimpont en juillet 2017, j’ai été invité par Jean-Pierre Caudal,  ingénieur en écologie expérimentale à Rennes 1 , à découvrir le dispositif technique mis en place pour la recherche effectuée par Cécile Monard, écologue spécialisée dans les bactéries du sol à Rennes 1. Ce dispositif permet de capturer et de qualifier les composés organiques volatiles émis par les bactéries du sol.

C’est au cours des échanges avec Jean-Pierre qui s’en sont suivis que j’ai découvert qu’en plus des échanges de composés organiques volatiles qu’émettent aussi les végétaux, il existe des échanges souterrains entre les plantes réalisés par la médiation des mycorhizes.

résumé du projet d’enquête

À travers un questionnement à contre-pied de l’inventaire biologique, je me suis positionné comme observateur-maïeuticien des affects des humains vis-à-vis des non-humains et de la manière dont ces humains perçoivent, ressentent, traduisent ou sont pris par les échanges de signes dans la biosphère. Je souhaite, en élaborant un compte-rendu vidéo de ces observations et entretiens, questionner les prémisses classificatoires imposées par le langage symbolique et tenter de contribuer, à travers la prise en compte de la sémiotique des sois non-humains, à une voie alternative de recherche-action pour alimenter notre “sagesse systémique”.

athenae_negatif

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search