habiter le monde c’est y déployer sa fluidité

réseau des fils d’une araignée (Theridion melanurum ?) surplombant sa nasse : ces fils “sont tissés à partir de matières produites par le corps de l’araignée et sont déposés à mesure que l’animal se déplace” (Ingold, 2016) © Éric Collias

« Occuper le monde, c’est être rejeté à l’extérieur ; l’habiter, c’est être attiré dans le processus de sa formation. Et le monde qui s’ouvre ainsi à ses habitants est foncièrement un environnement sans objets (ESO). […]

Dans l’usage ordinaire, le terme anglais « network » renvoie principalement à la notion de connectivité. Mais le terme français « réseau » est également synonyme de « filet » et peut être utilisé pour désigner le tissage de l’étoffe ou de la dentelle, le plexus du système nerveux ou la toile de l’araignée. Les fils de la toile d’araignée, par exemple, contrairement au réseau de communication, ne relient pas des choses ou des points entre eux. Ils sont tissés à partir de matières produites par le corps de l’araignée et sont déposés à mesure que l’animal se déplace. De ce point de vue, ils sont des extensions du corps même de l’araignée qui trace son chemin dans son environnement. Celle-ci mène son existence le long de ces lignes, qui guident sa perception et ses actions dans le monde. Dans l’esprit de ses inventeurs, qui s’inspiraient en grande partie de la pensée de Deleuze, « l’acteur-réseau » était précisément composé de ce type de lignes de devenir. […]

Bien entendu, comme dans le cas de l’araignée, la vie des choses se déroule, non pas le long d’une seule ligne, mais de plusieurs, qui se nouent au centre, laissant d’innombrables « fils échappés » en périphérie. […]

On se souvient que Deleuze parlait à ce propos de « rhizome ». Je préfère pour ma part l’image du mycélium. Quoi qu’il en soit, on débute par le caractère fluide du processus de la vie, où les frontières ne sont maintenues que par le flux des matières qui les traversent.»

extrait de Tim Ingold, « La vie dans un monde sans objets », Perspective [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 01 juillet 2017. URL : http://perspective.revues.org/6255 ; DOI : 10.4000/ perspective.6255



Citer ce billet
Éric Collias (2023, 23 septembre). habiter le monde c’est y déployer sa fluidité. écosémiotique de la vie. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1gz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search