du scintillement d’herbes à l’épaisseur du présent

scintillement I des herbes des prairies de Revin à Donges (44) le 6 mai 2021

Pour Morphy, le scintillement induit par l’éclat des peintures de la société Yolngu du Nord-Est australien est opératoire quelque soit l’arrière-plan culturel de l’observateur.

« It is my hypothesis that bir’yun (brilliance) is an effect that operates cross-culturally. Its impact may be modified by environmental factors, by individual and cultural experience of different visual systems; the way it is experienced may vary on an individual basis according to certain neuro-physiological factors, but basically it is an effect which transcends particular cultural contexts. The shimmering effect of the cross-hatching, the appearance of movement, the sense of brightness are all attributes of Yolngu art that can be experienced independent of any other knowledge about Yolngu paintings. They are attributes of Yolngu art as natural objects in much the same way as they are attributes of the sea glistening in the evening sun.

Yolngu paintings, however, are not natural products but cultural products and the shimmering effect of the painting is integrated within the system of art as a whole to produce objects that are to be understood in a particular way. […]

Biryun, the shining effect of the painting, can as we have seen create sensations of movement, light and joy. […]

It is aesthetic effects in combination with cognitive understandings that give concrete form to an abstract conception and enable people to use it for particular purposes. » (Morphy, 1989:36)

Wukun Wanambi (born 1962), natural earth pigments on eucalyptus bark, courtesy from Bonhams auction house

De son côté, Deborah Bird Rose (2017:G53-54) a fait évoluer le concept de scintillement, en lui associant l’épaisseur de la rencontre multispécifique : « Brilliance actually grabs you. Brilliance allows you, or brings you, into the experience of being part of a vibrant and vibrating world. […] Bir’yun, or shimmer, or brilliance, is—people say—one’s actual capacity to see and experience ancestral power. This is to say that when one is captured by shimmer, one experiences not only the joy of the visual capture but also, and more elegantly as one becomes more knowledgeable, ancestral power as it moves actively across the world. »

Ce scintillement, est un premier pas, une porte ouverte sur l’épaisseur du monde, à condition donc de ne pas demeurer à la surface d’un éclat de lumière, il peut être l’occasion de nouvelles rencontres qui se déploient en vibrations.

« the process of Yolngu painting starts with a rough blocking out of shapes and then shifts to fine-grain crosshatching. When a painting has just its rough shape, the artists describe it as “dull.” The cross-hatching shifts the painting to “brilliant,” and it is the brilliance of finely detailed work that captures the eye. » (Rose,2017:G53)

« Le présent peut donc être riche ou pauvre, garni ou dégarni, peuplé ou désert.
Il doit en tout cas être continuellement entretenu et épaissi et ce en reprenant les histoires, en relayant les expériences, qui seules sont capables de créer cette épaisseur temporelle. » (Zitouni, 2019:103)

« shimmer, the ancestral power of life, arises in relationship and encounter » (Rose, 2017:G52)

Est-il possible d’apprécier la vibration des herbes agitées par le vent au delà de leur scintillement sous la lumière d’un jour de mai au ciel couvert de nuages ? Les vaches qui paissent en contre-bas, les hérons garde-bœufs qui les accompagnent, les vers de terre qui creusent des galeries dans le sol et ouvrent ainsi la possibilité pour les champignons d’y étendre leur filaments mycéliens, peuvent-ils être le point de départ pour découvrir les expériences qui se jouent avec les herbes dans ce marais de Donges ?

Avant de commencer cette exploration, nous pouvons rendre compte d’une précédente, non pas avec des herbes si hautes, mais avec un tapis de Trèfle fraise que nous avons découvert dans le marais du Lot lors d’une rencontre avec Jean-Pierre Broussard, président du syndicat des marais estuariens de Cordemais

Rose, D.B., 2017. Shimmer: When all you love is being trashed, Arts of living on a damaged planet. Minneapolis, London, University of Minnesota Press. pp. G51–61.

Morphy, H., 1989. From Dull to Brilliant: The Aesthetics of Spiritual Power Among the Yolngu. Man 24, 21–40.

Zitouni, B., 2019. Explorer le Chthulucène dans les interstices de l’Anthropocène. In: Florence Caeymaex, Vinciane Despret, Julien Pieron, Habiter le trouble avec Donna Haraway, éditions Dehors : Bellevaux, p. 91-111

scintillement II des herbes des prairies de Revin à Donges (44) le 6 mai 2021

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.