le dialogue des oiseaux du Linot

C’est en allant dans le marais du Linot, sur les rives du canal de la Taillée à Donges, au début du mois de mai 2018, pour faire des images des herbes dans les prairies, qu’au retour à la voiture j’ai été saisi par le chant de cet oiseau dans la haie à proximité ; j’ai laissé le bouchon sur la caméra pour ne prendre que le son de l’oiseau, qui est déposé ici ; en le réécoutant je me suis aperçu qu’il dialoguait avec un autre de son espèce un peu plus loin dans le paysage sonore : j’attends le retour d’un ornithologue chevronné pour avoir le nom de l’animal, mais est-ce bien indispensable ? Tim Ingold (1993) évoque la nécessité de considérer la manière dont les sons du paysage nous permettent de nous relier aux êtres qui y furent ou bien y sont encore à la tâche et le fabriquent, il appelle cela le « taskscape », ou paysage des tâches : ici, un peu de vent fait bouger les feuilles de la haie qui a été vraisemblablement plantée lors de l’assèchement et la constitution du parcellaire du marais au début du XIXème par la Compagnie de Bray, haie qui abrite aujourd’hui cet oiseau, et lui permet de signifier à son congénère que c’est bien en ce lieu qu’il habite et recherche de la nourriture pour se nourrir, ainsi que ceux de sa maisonnée, et que l’autre doit rester à distance respectable. Le paysage des tâches est donc aussi celui des attentions mutuelles et des interactions.

Voici la réponse d’Hugo Touzé, sollicité pour identifier les chants de cet enregistrement : « Au premier plan, on entend un mâle de Fauvette à tête noire (accompagné au loin parfois par au moins un autre individu peu audible), au second plan il y a un Rougegorge familier assez loquace (le deuxième protagoniste de cette bande son, que l’on entend très bien) et à la fin de cette bande son, on entend un Troglodyte mignon ainsi qu’un Pouillot véloce. »

Avec l’oreille d’Hugo, le paysage sonore prend une toute autre texture, et nous dévoile différentes lignes de devenir qui s’y déploient dans de multiples directions comme les fibres d’un tissu. Ingold en 2010 proposera un nouveau terme, celui de maillage [meshwork], pour qualifier cet entremêlement de lignes de croissance et de mouvement, afin d’enrichir la notion d’acteur-réseau, pour lui donner de l’épaisseur et de la durée :  « la gamme des tâches est remplacée par le mélange des lignes ». Il précisera en 2017 : « Mêlées au paysage plutôt que tracées en sa surface, les lignes du maillage sont intrinsèques à sa constitution comme les fibres dans la constitution d’un tissu ».

Le dialogue des oiseaux du Linot fut l’occasion de dialoguer avec Hugo, et cet échange a donné de l’épaisseur à ce maillage en train de se faire sous nos oreilles.

Ingold, T. , 1993. The temporality of the landscape. World archaeology, 25(2), 152-174.

Ingold, T., 2010. Bringing things to life: Creative entanglements in a world of materials. World 44, 1–25.

Ingold, T., 2017. Taking taskscape to task. Forms of Dwelling: 20 Years of Taskscapes in Archaeology, 16-27.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.